Faut pas prendre les cons pour des gens

En voilà une saga réjouissante. Déjà deux tomes au compteur, et un style bien affirmé. Faut pas prendre les cons pour des gens d’Emmanuel Reuzé et Nicolas Rouhaut détonne clairement. Les travers de nos sociétés se retrouvent décryptés et disséqués, moqués et caricaturés. La BD sonne souvent très juste, malgré un ton relativement cynique / réaliste. Ton qui figure en préambule dès le titre, avec un mantra (distinguer les cons des gens) pour garder une touche d’humanisme ?

Dans la droite ligne de Fabcaro et son ouvrage culte Zai zai zai zai, on retrouve ici une énergie et une vitalité pour dépeindre un monde qui se complait dans certains tics. De la mondialisation à outrance à la question migratoire, sans oublier le traitement de la pauvreté ou les finances de l’hôpital, tout y passe. Le directeur d’hôpital a même la chance d’être illustré, comme témoin impuissant de la dérive de son institution. Il y en a bien d’autres, et les décrire gâcherait le plaisir de les découvrir dans la BD.

Emmanuel Reuzé et Nicolas Rouhaut prennent admirablement la succession de Fabcaro (qui s’est à mon sens un peu reposé sur ses lauriers sur ces dernières créations : Formica & Open Bar 2). Vous pouvez – et sans hésiter – vous précipiter sur les deux volumes, de grande qualité tous deux.

Un plaisir renouvelé à chaque page

Intéressé.e par la BD ? Voir aussi Zai zai zai zai : une odyssée dystopique heureuse et Julius Corentin Acquefacques : l’expérimentation de Marc-Antoine Mathieu poussée à son paroxysme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s