Les séries TV : quand vient la fin

20200202_154237

Entamer une série télévisée pourrait aisément apparaître comme l’exercice le plus difficile. Il suffirait pour s’en convaincre de jeter un coup d’oeil à toutes ces séries arrêtées dès la première saison, sans parler de celles ne dépasserent pas le cap du pilote. A côté de ces séries pourtant, on oublierait presque le défi de bien clôturer une série. Bien souvent, la série a eu une, deux, voire plusieurs saisons de trop.

A cet égard, le fan qui apprécie l’oeuvre qui lui est présentée, se retrouve face un dilemme majeur. D’un côté, il souhaite que la série puisse durer le plus longtemps possible. De l’autre, il sait pertinemment que plus la série s’étire, plus elle s’épuise, l’imagination des scénaristes n’étant pas infinie.

Quand on parle de série qui aurait dû s’arrêter bien plus tôt, on a tous un exemple en tête. Prison Break pour certains, Lost pour d’autres, et tant d’autres franchises qui ont cumulé des déclinaisons certes honorables, mais au prix d’atermoiements du scénario dramatique. Que dire à cet égard de House of Cards, dont l’intrigue est totalement partie en vrille au fil des saisons ? Qui a d’ailleurs versé une larme pour son arrêt ? Ce fut pourtant elle qui offrit un coup de projecteur à la série politique et lança en grande pompe Netflix.

Les séries comiques n’échappent pas au travers, loin s’en faut. Combien de sketchs ou de situations devenus répétitifs à force d’être entendus ? The Big Bang Theory (que j’ai tant aimé) a clairement abusé sur la fin de certains gimmicks (ex : le caractère asocial de Sheldon).

A côté de ce premier travers (la ou les saison(s) de trop), s’ajoute souvent un second écueil pour les séries : un final manqué. Ce défaut touche particulièrement les séries dramatiques aux enjeux exacerbés, qui doivent répondre aux attentes suscitées chez les spectateurs, tout en offrant une conclusion finale satisfaisante. Le final raté de Lost est assez révélateur de cette tension. On pourrait aussi évoquer Game of Thrones (voir Game of Thrones : une épopée finissante).

Mais, le risque d’un dernier épisode insatisfaisant peut toucher aussi les séries comiques. Il est vrai que Friends – référence parmi ses homologues – a su offrir émotion et humour avant de tirer le rideau. A l’inverse, How I Met Your Mother constitue pour moi l’exemple caricatural de ce qu’il ne faut pas faire. Six saisons de trop et une fin complètement manquée. On ne pouvait pas plus insulter le spectateur qu’en offrant en pâture télévisuelle cette mère sortie de nulle part pour l’achever littéralement au dernier épisode, afin que notre héros bien aimé finisse avec l’élue initiale de son coeur (reprenant grossièrement le schéma de Friends).

Et c’est parce que je sais que conclure est difficile que je remercie les scénaristes de The Big Bang Theory qui, sans chercher à délivrer un final explosif, ont su terminer en beauté une série commencée 12 ans plus tôt.

Plutôt que prolonger artificiellement des séries, les scénaristes devraient surtout chercher à bien finir leurs oeuvres.


A suivre deux billets consacrés respectivement à How I Met Your Mother et Game of Thrones.

Voir aussi les articles consacrés à deux séries que j’aime beaucoup : Uchronie télévisée : The man in the high castle et The handmaid’s tale ou la chute de la démocratie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s