Retour sur les premiers mois de …. Jérémy Decerle

P1030154

Comme indiqué, ce blog démarre une nouvelle série autour du début de la Législature 2019-2024 du Parlement européen. Cette série consacrée à nos élus européens vise à saisir leurs premières impressions (voir Retour sur les premiers mois de mandat des eurodéputé(e)s)

Huitième intervenant, c’est au tour de Jérémy Decerle qui revient sur ses premiers mois comme eurodéputé. Actuellement membre du Groupe parlementaire Renew Europ (en France, LaREM/Modem), il s’agit de son premier mandat comme eurodéputé.

Entretien avec Jérémy Decerle

 

1) Qu’est-ce qui vous a marqué le plus au cours de ces premiers mois ?

« J’étais Président des Jeunes Agriculteurs avant. Ce qui m’a marqué, c’est le changement d’environnement. La barrière de la langue. Être obligé de s’acclimater à un nouvel environnement, c’est assez frappant.

Ce qui m’a aussi marqué par rapport à mon métier d’avant, c’est le regard lointain que le Parlement peut avoir sur la situation du monde agricole. J’ai l’impression que le Parlement européen a du mal à se rendre compte de ce que le secteur agricole peut apporter l’Europe. »

2) Quels sont les événements le plus positif et le plus négatif que vous ayez vu/subi/rencontré ?

« Le plus positif ? C’est l’entrée en fonction, c’est le moment le plus symbolique. C’était le 2 juillet 2019. L’officialisation au Parlement européen à Strasbourg.

Le plus négatif ? Il n’y a pas forcément de point négatif. Si je dois en choisir un, ce serait un vote spécifique du Parlement européen pour dire que l’agriculture et la pêche étaient les secteurs qui avaient le plus de responsabilité dans la perte de la biodiversité. »

3) En six mois, avez-vous été sollicité par les autorités françaises (Ministères, Représentation permanente à Bruxelles, autres interlocuteurs, …) ? Trop ou pas assez selon vous ?

« Oui. Il y a une relation régulière avec les autorités, assez rythmée. C’est très satisfaisant. »

4) En 6 mois, quel regard jetez-vous sur les lobbys ?

« Aucun regard négatif. Je ne me sens pas du tout pressé, ou oppressé, par les lobbyistes. Je sais qu’il y en a, que cela existe. Mais, ni ils ne me font peur, ni ils me font rêver. »

5) Quelles sont vos attentes pour la mandature 2019-2024 ?

« Cela va rester très spécifique. Mais, je voudrais que l’Europe (via notamment le Parlement européen) se dote d’un secteur agricole économiquement un peu plus solide et reconsidère son agriculture. C’est tout aussi important que de se préoccuper de l’environnement et du climat. Il faut que la PAC retrouve un peu de champ, un peu de stratégie pour permettre au secteur agricole de relever les défis. »

6) Quel regard portez-vous sur le Brexit ?

« C’est du gâchis. Il faudrait que le Brexit ne se passe pas trop bien pour ne pas donner des idées à d’autres Etats membres. On avait besoin d’eux et ils vont assez bien s’apercevoir qu’ils avaient besoin de nous. Du coup, on va perdre du temps à redevenir comme avant. »


Pour mieux connaître Jérémy Decerle, je vous invite à ouvrir la page dédiée à l’eurodéputé par le Parlement européen : ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s