Retour sur les premiers mois de …. Leila Chaibi

P1030153

Comme indiqué, ce blog démarre une nouvelle série autour du début de la Législature 2019-2024 du Parlement européen. Cette série consacrée à nos élus européens vise à saisir leurs premières impressions (voir Retour sur les premiers mois de mandat des eurodéputé(e)s)

Sixième volet de cette série, c’est au tour de Leila Chaibi qui revient sur ses premiers mois comme eurodéputée. Actuellement membre du Groupe parlementaire Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (en France, La France insoumise), il s’agit de son premier mandat comme eurodéputée.

Entretien avec Leila Chaibi

 

1) Qu’est-ce qui vous a marqué le plus au cours de ces premiers mois ?

« Le temps qu’il faut pour comprendre comment tout cela marche. C’est un apprentissage physique car le Parlement est un immense bâtiment dans lequel il est difficile de s’orienter. Et à peine on prend ses marques qu’on doit s’habituer à un deuxième Parlement.

C’est aussi un apprentissage sur le fonctionnement institutionnel, là aussi à marche forcée.

J’ai été aussi marquée par le côté multiculturel. C’est extrêmement intéressant de voir les enjeux à travers les lunettes des différents peuples (ex : les Danois sur le revenu minimum). Il y a parfois différentes grilles de lecture en fonction des nationalités, mais il y a surtout un partage des préoccupations au sein du groupe (ex : droit des travailleurs des plateformes type Uber, Deliveroo). »

2) Quels sont les événements le plus positif et le plus négatif que vous ayez vu/subi/rencontré ?

« L’événement le plus positif est le « Forum transnational des alternatives à l’ubérisation » (organisé en décembre dernier). Il y avait 80 coursiers venus du monde entier au Parlement européen. Nous sommes parvenus à organsier une rencontre entre eux et la Commission européenne afin de faire adopter une directive autour des conditions de travail de ces travailleurs 2.0. Cela a aussi permis des échanges entre les différents professionnels (de diverses nationalités et de diverses services). On a fait entrer la voix des travailleurs ubérisés dans cette salle du Parlement européen. Cela donne du sens à notre rôle de député.

L’événement le plus négatif ? Le fait de se rendre compte de la très forte présence de l’extrême-droite et la droite extrême. Ces mouvances pèsent plus que nous, ils sont plus nombreux. Ils freinent des quatre fers sur les sujets progressifs.

C’est dommage de se dire que s’il y avait eu moins d’abstention, il y aurait eu moins d’eurodéputés de ces mouvances-là. »

3) En six mois, avez-vous été sollicité par les autorités françaises (Ministères, Représentation permanente à Bruxelles, autres interlocuteurs, …) ? Trop ou pas assez selon vous ?

« J’ai rencontré ce midi les secrétaires d’Etat Jean-Baptiste Djebbari et Amélie de Montchalin avec les autres eurodéputés français de la Commission Transports.

Après l’élection, il y avait eu une sollicitation d’Amélie de Montchalin qui avait été mal perçue, évoquant « l’équipe France ». Or, au-delà des nationalités, les tendances politiques priment.

Sinon, je vois régulièrement la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne, notamment sur le trilogue du Paquet Mobilités.

On est aussi sollicité par les représentations des régions.

La Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne a répondu à chaque fois positivement. C’est bien, car parfois on se sent isolé. Il faut savoir que la France, par rapport à d’autres pays, envoie bien moins de correspondants journalistes permanents. C’est donc compliqué de ramener la scène européenne sur la scène politique nationale. »

4) En 6 mois, quel regard jetez-vous sur les lobbys ?

« Comme je vous le disais, il faut un temps d’adaptation nécessaire au Parlement européen. A peine arrivée pourtant, on reçoit des sollicitations directes par les lobbys. Ils ont une connaissance parfaite du fonctionnement institutionnel.

Parmi les lobbys, je cherche toujours à privilégier les syndicats et les associations citoyennes. Si j’ai parfois accepté des rendez-vous d’autres lobbys (ex : AirFrance-KLM / Deliveroo / Uber), c’est pour mieux connaître leurs positions et leurs arguments. Si les syndicats de travailleurs pouvaient être aussi à l’aise que les lobbys…

Je n’ai jamais eu de cadeaux, mais j’ai reçu beaucoup d’invitations à des cocktails. »

5) Quelles sont vos attentes pour la mandature 2019-2024 ?

« J’attends un changement de cap au niveau des politiques de l’UE. C’est compliqué au niveau du Parlement européen car le rapport de force est plus défavorable. Néanmoins, il y a peut-être les conditions pour avancer sur les sujets (urgence climatique et urgence sociale). Preuve que les politiques menées jusqu’à présent n’ont pas été les bonnes. J’attends une prise de conscience du fait que ce n’est plus possible de continuer comme avant. Ces politiques ont augmenté le discrédit de l’UE. Ce sont elles qui poussent le vote de l’extrême-droite. Cela mérite de se poser et de changer de cap. »

6) Quel regard portez-vous sur le Brexit ?

« On ne peut pas se réjouir. C’était assez émouvant cet « au revoir » aux Britanniques. On ne peut pas non plus se contenter de pleurer. Il faut en tirer les leçons. On ne pourra pas construire l’Europe contre les gens, en la faisant contre leurs intérêts. Il faudra la faire avec eux. Si on ne veut pas que d’autres pays quittent l’UE, il faut changer les politiques actuelles. Tout est lié. »


Pour mieux connaître Leila Chaibi, je vous invite à ouvrir la page dédiée à l’eurodéputée par le Parlement européen : ici.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Sylv dit :

    [Modération] Message supprimé [Modération]

    J'aime

  2. Sylv dit :

    [Modérateur] L’erreur est humaine, mais persévérer est diabolique [Modérateur]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s