Retour sur les premiers mois de mandat des eurodéputé(e)s

P1030153

Les élections européennes, c’était en mai 2019. Elles avaient permis d’enregistrer une hausse de participation inédite, interrompant un cercle qui semblait infernal ainsi que des discours permanents sur le désintérêt croissant des citoyens européens (voir Elections européennes 2019 : résultats et premières analyses – Participation en hausse et fragmentation du paysage politique)

Plusieurs mois depuis ont passé, et ce ne sont pas les événements qui ont manqué. Entre l’introduction dans la douleur de la nouvelle Commission (voir Europe : calme plat, morne plaine) et les avancées du Brexit (voir Le Brexit, c’est maintenant ?), nos eurodéputés ont eu de nombreux sujets à traiter.

Or, comment présenter le rôle et l’importance du Parlement européen, si ce n’est en donnant la parole aux principaux concernés, les eurodéputées et eurodéputés français.

Néanmoins, et l’honnêteté intellectuelle m’y oblige, je n’ai pas sollicité l’ensemble des élus français. Si la quasi-totalité des partis politiques sont représentés, j’ai délibérément fait l’impasse sur les représentants issus de l’ancien Front national. Déjà, je n’ai pas vocation à être la caisse de résonance d’un tel parti. Surtout, je m’en serais voulu de mettre mal à l’aise ces élus lorsqu’il aurait fallu aborder l’épineuse question du travail parlementaire européen. Je n’ai eu aucune difficulté en revanche à proposer aux autres élus de s’exprimer sur ces questions.

Pour le reste, l’ensemble des eurodéputés a reçu une invitation à participer à ce projet. Tous ne m’ont pas répondu, et certains ont décliné la proposition.

Pour les plus anciens sur ce blog, ils reconnaîtront une démarche tentée pour préparer la campagne des Européennes. Force est de constater que faute de temps et de moyens, et malgré les relances auprès de nombreux élus, bien peu avait trouvé le temps de répondre (voir les Entretiens européens 2019).

Toutes les réponses reçues seront donc publiées, à raison de deux par semaine – le mercredi et le vendredi.
J’ai déjà eu les retours de Gilles Boyer, Eric Andrieux, Manon Aubry, Dominique Riquet, Karima Delli et Leila Chaibi. Bien d’autres sont attendus.

Mes questions se sont focalisées sur le travail d’un eurodéputé (voir Elections européennes : à quoi sert le Parlement européen ?) et notamment les impressions issues des premiers mois de mandat (l’occasion de parler des lobbys – Bruxelles et les lobbys : fantasme d’une réalité)


Fil de l’entretien avec un.e eurodéputé.e

 

1) Qu’est-ce qui vous a marqué le plus au cours de ces premiers mois ?

2) Quels sont les événements le plus positif et le plus négatif que vous ayez vu/subi/rencontré ?

3) En six mois, avez-vous été sollicité par les autorités françaises (Ministères, Représentation permanente à Bruxelles, autres interlocuteurs, …) ? Trop ou pas assez selon vous ?

4) En 6 mois, quel regard jetez-vous sur les lobbys ?

5) Quelles sont vos attentes pour la mandature 2019-2024 ?

6) Quel regard portez-vous sur le Brexit ?

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s