Les Britanniques sur le départ, les Européens au travail ?

p1050841

 

Et un de plus !

Il n’aura échappé à personne que les Britanniques sont enfin parvenus, après bien des atermoiements à trouver un accord en interne sur les modalités de la sortie de l’Union européenne. (On ne reviendra pas ici sur le fait que cela représente seulement un aspect du problème, la sortie, et que cela ne résout absolument pas la question de l’entrée dans la nouvelle relation. Vous trouverez deja tout ici Le Brexit, c’est maintenant ?).

Et pourtant, malgré cette séparation enfin actée, voilà que les Européens continuent de se lamenter. Il est certes logique qu’après 60 ans de vie commune, le processus de séparation s’avère un peu difficile. Néanmoins, il reste dommageable que de hauts responsables européens ne cessent de répéter à longueur de temps à quel point la relation d’avant était belle. Les Européens sont passés par de nombreux sentiments contrastés : le déni avant le référendum, la stupéfaction le lendemain, la consternation les jours suivants, puis le regret. Je n’en peux plus des lamentos de Jean-Claude Juncker, Donald Tusk ou je-ne-sais-quel-responsable. N’a-t-on aucun orgueil ? Aucun prestige ?  On semble déplorer une relation qui ne fut pourtant jamais vraiment satisfaisante. Il serait peut-être temps de grandir et de tourner cette page. Qu’on le veuille ou non, ce qui était n’est plus. Alors, autant faire à avec. Surtout qu’il n’est pas certain que la nouvelle situation ne comporte pas son lot d’opportunités et d’avantages à court et moyen terme pour l’Union européenne (voir Brexit : une bonne chose pour l’Europe ?).

Et si les Européens ont su tout au long des négociations rester unis, force est de constater qu’ils ont été en revanche incapables de ne pas laisser le Brexit empiéter la sphère européenne, et polluer tous les sujets (voir Brexit : le revers de la médaille ?). Ainsi, quelqu’un d’inattentif pourrait presque penser que Bruxelles s’est contentée de gérer durant trois ans la crise de Brexit, sans rien construire de nouveau. Le pire, c’est que les Européens ont accepté plusieurs fois de suite que le Royaume-Uni puisse bénéficier d’une prolongation, parasitant totalement les élections européennes 2019 qui auraient dû être celle d’un renouveau en Europe, l’occasion d’ouvrir une nouvelle ère en même temps qu’une nouvelle législature (voir Elections européennes 2019 : attention au Brexit). Là encore, le ridicule de la situation veut qu’une fois le Brexit acté, les eurodéputés britanniques s’en aillent du Parlement européen, remplacés par certains contingents nationaux. A peine constitué, le Parlement européen perd donc une partie de ses troupes, tout en recevant de nouvelles. Quel byzantisme ! Heureusement que les citoyens européens suivent parfois cela de loin.

En trois de paralysie britannique, l’Union européenne peut-elle se vanter d’une quelconque avancée ? Non, et c’est bien là que le bât blesse. Malgré l’initiative déjà oubliée de la Commission l’année suivant le référendum de réfléchir au devenir d’une construction en plein doute d’elle-même (voir Les 27 en quête d’un cap), les Etats membres ont fait la sourde oreille, pendant que les citoyens européens sont restés silencieux. Tout juste le regain de participation aux Européennes aura témoigné d’un certain attachement à l’idée. Mais, encore faudrait-il essayer d’avancer, de réfléchir ensemble. Ouvrir des consultations citoyennes partout et éviter les écueils habituels (voir Consultations citoyennes : faire participer les citoyens, oui mais comment ?). Faire émerger l’Europe de demain non pas du haut vers le bas, mais du bas vers le haut. Un véritable défi.

Au fil des péripéties de cet événement inédit, les Européens ont joué la politique de l’autruche, refusant de voir l’inévitable : rien ne sera plus comme avant. Et si ces changements peuvent s’avérer bénéfiques, encore faut-il savoir s’en saisir rapidement.


Voir tout le dossier consacré au Brexit sur le blog

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s