Emmanuel Macron : des erreurs de casting au niveau européen

Et de deux. Après la descente aux enfers de Nathalie Loiseau, voilà la chute de Sylvie Goulard. Une défaite dans les grandes largeurs. 82 contre versus 29 pour. Seul le groupe Renew Europe auquel appartient la République En Marche a tout fait pour la sauver, les autres groupes ayant tous rejeté cette candidature au poste de Commissaire européenne.

Bien sûr, Sylvie Goulard paie en partie la stratégie de son champion. A force de vouloir agir à la hussarde – y compris, en ayant raison sur le fond -, Emmanuel Macron a développé un fort réseau d’inimitiés. Beaucoup de pays d’Europe de l’Est l’attendaient. Les eurodéputés (et plus particulièrement ceux du Parti populaire européen) étaient particulièrement remontés depuis qu’il avait débranché leur « champion ». Après tout, dans cette lutte d’influence commencée avec la proposition de listes transnationales par Emmanuel Macron, le Parlement européen avait dû se plier à l’abandon du système de « Spitzenkandidaten » auquel il était attaché (voir Elections européennes 2019 : la fin des Spitzenkandidaten). Croire que le Parlement n’en tiendrait pas grief est une forte erreur d’appréciation. Surtout que si le PPE et le PSE ne peuvent plus décider à eux seuls de la conduite des affaires européennes, ils n’en constituent pas moins les deux principaux groupes politiques et ont largement de quoi faire la pluie et le beau temps sur la scène européenne.

A plus forte raison toutefois, le rejet de Sylvie Goulard symbolise l’erreur de casting du Président de la République (voir Sylvie Goulard à la Commission européenne : un bon choix ?). Eu égard à cette attention particulière du Parlement européen sur la candidature française, il fallait choisir quelqu’un d’irréprochable. Plus que les autres, Emmanuel Macron était attendu au tournant. Et clairement, il a raté le virage. Outre l’incompréhension suscitée par le fait de désigner à la Commission une personne qui avait dû démissionner en France du Gouvernement pour une affaire toujours en cours, Sylvie Goulard s’est clairement sabordée par son cumul d’activité avec un think thank au Président sulfureux. Des sommes déraisonnables pour une activité difficile à réellement identifier. La femme de François Fillon avec sa « participation » à la Revue des Deux Mondes n’aurait pas dépareillé dans cette audition.

Alors oui, certains auront raison de souligner que nombreux sont les eurodéputés à pratiquer ce genre d’activité, qui ne sont d’ailleurs pas illégales. Néanmoins, comme l’avait dit Sylvie Goulard elle-même, il faut des personnes irréprochables à la Commission européenne, sinon les Français ne le comprendraient pas. Dont acte.

Mais, cette chute fulgurante renvoie évidemment à celle de l’ancienne tête de liste aux Européennes de la République en Marche. Là encore, le choix était apparu clairement hasardeux. Entre des « erreurs » de jeunesse, un charisme clairement pas au rendez-vous et un sens politique totalement absent (en témoigne cette sortie brillante sur la sphère bruxelloise), celle qui devait prendre la tête du groupe parlementaire Renew Europe a dû être écartée de toute urgence, tant ses déclarations causaient des ravages.

A cet égard, on peine à comprendre comment un parti résolument engagé en faveur de l’Union européenne n’arrive pas à porter de bonnes candidatures au niveau européen. On peut remarquer que visiblement, les postes européens continuent de souffrir d’un déficit d’attractivité (ex : le refus de Florence Parly de rejoindre la Commission européenne). Néanmoins, cela n’explique pas tout. Je ne peux me résoudre à penser qu’aucun bon candidat n’existe dans les rangs d’En Marche.

Emmanuel Macron est un excellent VRP de l’Europe, certainement le meilleur depuis François Mitterrand, ses trois prédécesseurs s’étant en plus caractérisés par leur volonté de ne surtout pas traiter de la question européenne dans le débat public (voir Discours de la Sorbonne : liste à la Prévert ou programme fédéraliste ?). Pour autant, s’il est un bon VRP, force est de constater qu’il est un très mauvais DRH.


Voir aussi Audition des commissaires : un jeu de massacre ? et Commission européenne : une introduction ratée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s