Brexit : un horizon inatteignable ?

Et une, et deux, et trois années. Trois ans après le référendum du 23 juin 2016, qu’écrire encore de nouveau sur ce Brexit dont personne ne voit – encore – la couleur. La date limite du 30 mars 2019 a été allégrement dépasse, sans que personne finalement ne s’en émeuve tant que ça en Europe. Le pays a participé aux élections européennes – manière certainement détournée de renvoyer Nigel Farage loin de son île de prédilection. A croire que son habitat naturel est le Parlement européen.

Deux ans de négociations et de psychodrames donc pour tout reporter. A Octobre ! Le 31 Octobre. Le jour d’Halloween et de la fête des Morts. A défaut d’être efficace, on sait être créatifs pour le Brexit.

Pour autant, on ne peut considérer que rien a changé en un an. La démission forcée de Theresa May et la probable arrivée de Boris Johnson – et ce n’est pas le refus de l’éditorial du journal Le Monde qui y changera quelque chose –  vont modifier quelque peu la donne. Si Theresa May a usé la patience des Européens, Boris Johnson ne manquera pas de tester les nerfs de ses interlocuteurs. On finira certainement presque par regretter la première, à force d’entendre le second (voir Démission de Theresa May: tout a une fin, sauf le Brexit). Après avoir tenu bon face aux demandes irréalistes de Theresa May, les Européens auront-ils l’intelligence de maintenir leur unité et leurs exigences face à Boris Johnson ? Tous les sujets précédemment traités risquent de revenir sur le tapis. De l’Irlande du Nord au règlement financier, il faudra faire preuve et de fermeté et de persévérance. Les caprices de Boris Johnson ne manqueront pas. Notamment pour mêler traitement du passé et accord sur le futur. Avec un navire à la dérive – le Royaume-Uni -, les Européens devront garder le cap, qui fut le leur tout ce temps.

Néanmoins, peut-être que l’arrivée de Boris Johnson précipitera le départ du Royaume-Uni. Il s’est d’ores et déjà engagé à une sortie du Royaume-Uni avant le 1er novembre 2019. C’est peut-être là la meilleure chose qui puisse arriver. Tout a trop traîné (voir Le Brexit au fond du trou). Il faut y mettre un terme. Et tant pis si ce sont les Anglais qui (se) tirent les premiers. Il n’est pas impossible que dans cette aventure, la balle se retourne contre eux.


Voir aussi Le Brexit n’aura pas lieu

Un petit retour sur les séries « anniversaire » sur le Brexit

¤ En 2018 (pour les 2 ans) :
– Le labyrinthe du Brexit : par où la sortie ?
– Brexit : le revers de la médaille ?
– Brexit : le soap permanent ?

¤ En 2017 (pour les 1 an) :
– Brexit : année 0 : la fin de l’innocence britannique
– Brexit : tragédie shakespearienne : écriture d’invention autour du Brexit
– Abécédaire du Brexit : le Brexit en 26 lettres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s