Le Brexit au fond du trou

A quelques jours des Européennes 2019, on ne parle presque plus du Brexit. La nouvelle pourrait être réjouissante si on pouvait penser que les élections à venir faisaient les gros titres. Il n’en est malheureusement rien (voir Elections européennes 2019 : la non-campagne).

Pour autant, l’actualité ne semble donner aucune place à ce qui fut jadis considéré comme un tournant de la construction européenne : le Brexit. Il faut dire qu’au fil du temps, la passion et l’intérêt se sont émoussés. Il faut dire aussi que les enjeux apparemment clairs du début ont fait place à des débats ardus aux terminologies complexes. Entre les slogans politiques et la réalité juridique, il y a un monde qu’ont découvert les Britanniques ces derniers mois. Néanmoins, les difficultés de cette entreprise ont fini par lasser tout le monde. Même dans un épisode de Game of Thrones, il y a moins de rebondissements. Si les retournements au départ faisaient sourire, ils ont fini par fatiguer. Ce n’est pas parce qu’on aime les montagnes russes qu’on souhaite y passer toute sa vie. Tous ces épisodes successifs (dont une large partie a été répertoriée sur ce blog) ont fini par déclencher une lassitude généralisée (voir Brexit : lassitude généralisée).

Cette lassitude se retrouve justement dans le traitement du Brexit aujourd’hui dans la presse. Qui a encore envie de lire des articles à ce sujet ? Des articles pour dire quoi d’ailleurs ? Présenter un énième plan de Theresa May ? Décrire une nouvelle bévue de Boris Johnson ? Reraconter la crainte des Européens ?

Et c’est d’ailleurs le plus invraisemblable. Presque trois ans après le Brexit, le Royaume-Uni se retrouve à participer à des élections européennes (voir Elections européennes 2019 : attention au Brexit). Sans que personne ne soit réellement ému ou choqué. Nigel Farage, ardent pourfendeur de l’Union européenne, finit par se représenter, prévoyant de dénoncer le maintien de son pays dans l’UE, tout en rempilant pour cinq ans d’indemnités versées par cette même organisation. Sa liste caracole largement en tête des intentions de vote, le front européen étant lui éclaté en autant de chapelles qu’il y a de visions sur l’Europe.

Que veulent désormais les Britanniques ? Nul ne le sait, alors que le gouvernement de Theresa May s’enferre dans le silence.

Après avoir fait la Une, le Brexit se retrouve renvoyé à des petites mentions ici et là. Comme un symbole de ses échecs.


Sur le Brexit, voir notamment Un Parlement en opposition, un gouvernement en perdition : le Brexit en suspension

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. cabanis dit :

    Je vous rassure, la participation britannique aux élections européennes nous choque et nous émeut. Relayez notre voix auprès des médias, cela sera plus efficace.

    Alexandre

    Le mer. 15 mai 2019 à 07:33, Regards d’un Européen a écrit :

    > Nicolas posted: « A quelques jours des Européennes 2019, on ne parle > presque plus du Brexit. La nouvelle pourrait être réjouissante si on > pouvait penser que les élections à venir faisaient les gros titres. Il n’en > est malheureusement rien (voir Elections européennes 2019 : » >

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s