Le Brexit en 10 regards

P1020613

(Londres – Royaume-Uni)

Si le positionnement européen de ce blog ne fait guère doute, il est généralement un sujet qui me démarque régulièrement des autres partisans de la construction européenne : le Brexit. Là où depuis le début j’y vois une opportunité, beaucoup le voient comme une menace. Si je ne nie pas les risques pour le projet européen du retrait de la 6e puissance mondiale, il me semble que le statu quo était de toute façon intenable. Seule une catastrophe comme le Brexit pourra permettre aux Européens de se remobiliser sur l’Europe.

Dès lors, j’ai voulu mettre en avant dans ce billet 10 « regards » un peu iconoclastes sur le Brexit, qu’ils aillent à rebours de certains consensus ou qu’ils tâchent d’éclairer des sujets moins médiatiques.

¤ Brexit : une bonne chose pour l’Europe ? : deuxième article sur le blog (et premier en terme de vues – de très loin), voici un exposé succinct des motifs qui me conduisent à voir le Brexit comme une chance pour l’Europe. L’Union européenne n’est pas forte parce qu’elle regroupe un ensemble de pays, mais parce que ses pays sont véritablement unis.

¤ Le Bremain : tout sauf une sinécure : en lien avec le soutien du Brexit, voici les raisons qui me font douter de la pertinence d’un Bremain. Si dans un futur plus ou moins lointain je ne suis pas opposé au retour du Royaume-Uni, je pense que maintenir le Royaume-Uni en l’état dans l’Union européenne est plus néfaste qu’autre chose.

¤ Qu’arrive-t-il au camp du Brexit ? : le résultat du 23 juin 2016 aurait dû emplir de joie Boris Johnson et Nigel Farage. Le Brexit était leur victoire. Pourtant, le premier a renoncé à briguer le poste qu’il convoitait tant, alors que le second a tout quitté la vie politique britannique.

¤ Un Brexit sans Cour de justice ? : souvent les politiques et la presse se focalisent sur les sujets de court terme (et Dieu sait qu’ils ne manquent pas !). Pourtant, attention à ne pas négliger certains acteurs qui s’avéreront essentiels au processus. Si tout le monde pense généralement au Parlement européen, on en oublie que la Cour de justice peut à elle seule faire dérailler le processus du Brexit.

¤ Brexit : année 0 : un point d’étape pour l’anniversaire du référendum. Force est de constater que loin du triomphe annoncé par ses thuriféraires, le Brexit rencontre quelques difficultés. Il est vrai que la défaite électorale subie quelques jours plus tôt a donné une coloration particulièrement morose.

¤ Brexit : que vive Busiris en Europe ! : si le Royaume-Uni avait clairement indiqué son intention d’avoir le beurre (ce fameux « partenariat profond et spécial ») et l’argent du beurre (le Brexit), les Européens ne doivent pas céder aux demandes britanniques. Si le Royaume-Uni veut accéder au marché intérieur, il doit, comme les autres, Norvège et Suisse en tête, contribuer au budget et respecter le droit de l’Union européenne.

¤ Theresa May : 50 nuances de Brexit : de revirements en renoncements, voici les variations de Theresa May dans ses discours, comme autant de symboles de la dégradation de la situation politique du Royaume-Uni.

¤ Le labyrinthe du Brexit : par où la sortie ? : deuxième point d’étape pour le deuxième anniversaire du référendum. Le Royaume-Uni semble être entré avec le Brexit dans un labyrinthe dont il ne parvient plus à trouver la sortie.

¤ Un nouveau référendum sur le Brexit : une fausse bonne idée : nouvelle ligne de démarcation au sein des pro-Européens. Faut-il soutenir ou non l’idée d’un deuxième référendum ? S’il est évidemment tentant d’effacer le vote du 23 juin 2016, les risques en terme d’image ne doivent pas être négligés. Et puis, au vu du chaos créé par la première consultation, comment penser qu’une seconde serait à même de lever l’ensemble des difficultés ?

¤ Brexit : lassitude généralisée : Curieuse impression laissée par ces derniers mois. En effet, les derniers atermoiements du Royaume-Uni semblent avoir renforcés la détermination des Européens, au point qu’aujourd’hui, on pourrait presque croire que ce sont les Européens les hard Brexiters et les Britanniques les soft.


Pour un regard plus littéraire : Brexit : tragédie shakespearienne

Voir aussi Le Brexit en 10 dates

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. O dit :

    [Intervention du modérateur] : Les atrocités commises contre par des réseaux islamistes sur des milliers d’adolescentes anglaises … J’ai coupé le reste et j’avoue que je ne vois pas très bien le rapport. Si vous souhaitez exprimer une position construite en lien avec le sujet, je vous publierai avec plaisir. S’il s’agit encore de partager indéfiniment vos obsessions, merci d’aller les poster ailleurs. Ce blog n’a pour objet de se transformer en antichambre d’une quelconque croisade.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s