2019 : l’année du populisme ?

On ne compte plus aujourd’hui les succès acquis par des dirigeants populistes de par le monde. 2019 constitue à bien des égards une année charnière dans l’avancée de ces mouvements.

En effet, les élections européennes constituent un test grandeur nature puisque 27 corps électoraux sont appelés à se prononcer au cours d’une même période sur un même sujet (voir Elections européennes 2019 : Quels enjeux ?).

Si la plupart des mouvements populistes en Europe ne font plus de l’Union européenne l’ennemi à abattre mais la structure à conquérir, il est important de porter un regard sur ces mouvements dont l’émergence a été concomitante du développement du blog – sans lien apparent toutefois.

On pourrait y adjoindre le départ « effectif » du Royaume-Uni de l’Union européenne. Après tout, le Brexit fut en grande partie l’oeuvre de populistes, de Nigel Farage à Boris Johnson (voir Boris Johnson : la représentation parfaite du Brexit).

J’ai donc regroupé ci-dessous une série d’articles consacrés à ces mouvements autour de 4 axes : les raisons du vote populiste, la place du peuple, leur montée inexorable et les relations ambiguës entre ces mouvements et l’Europe

1) Les raisons de la colère ?

¤ Elections américaines 2016 : Trump, au nom des autres: les sources de la victoire « inattendue » de Donald Trump lors des présidentielles de 2016

¤ Populismes : la tentation du passé : l’idéalisation du passé par les mouvements populistes

¤ Election 2017 : un parfum d’étrange défaite : les similitudes entre la France de 1940 et celle de 2017 à travers l’ouvrage de Marc Bloch, L’étrange défaite

¤ Crise de 2008 : quel bilan 10 ans après ? (1/2) : le rôle catalyseur de la crise dans l’expansion du populisme

¤ Qu’est-ce qui fait monter le populisme ? : les causes de la montée du populisme

2) La parole au peuple ?

¤ Brain Dead ou le néant de la politique : Plongée dans l’ère de la post-vérité. Sans faits, la politique est défaite.

¤ Au nom du peuple : le mythe d’une fiction : les mouvements populistes prétendent parler au nom du peuple. Qu’en est-il en réalité ?

¤ Propos de Wauquiez : la fin du « politiquement correct » signifie-t-elle le début du parler-vrai ? : retour sur la polémique née des propos de Laurent Wauquiez

3) La montée des populismes

¤ Le crépuscule de la démocratie ? : la démocratie est-elle l’horizon indépassable ?

¤ Hongrie, Pologne, Roumanie : à l’Est du nouveau : le recul de la démocratie à l’Est

¤ Allemagne et Italie : Europe qui rit, Europe qui pleure ? : le résultat des élections en Allemagne et en Italie

¤ Italie : à quoi joue la Commission européenne ? : la bataille budgétaire entre l’Italie et la Commission

4) Populisme et Europe

¤ Halte à l’Europe des populismes ! : article écrit lors des élections présidentielles en Autriche de 2016, qui n’a rien perdu de son actualité depuis – bien au contraire.

¤ Qu’arrive-t-il au camp du Brexit ? : la disparition de la scène politique britannique des Brexiters

¤ Les populismes à l’épreuve de l’Europe : un début d’année 2017 où les mouvements populistes se sont heurtés à la question européenne.

¤ Démission de Florian Philippot : la faute à l’Europe ?: un exemple des difficultés des mouvements populistes à appréhender l’Europe

¤ Bilan des Elections 2017 : retour sur une campagne hors norme (1/2) : un bilan en demi-teinte sur l’année électorale de 2017, avec six derniers mois difficiles pour l’Europe

¤ Elections européennes 2019 : Quels enjeux ? : parmi les enjeux, le résultat des populistes sera un des scores les plus scrutés

¤ Le Parti populaire européen peut-il perdre les élections européennes 2019 ? : avec la montée des populistes en Europe, le Parti populaire européen pourrait perdre sa position hégémonique.

¤ Populismes en Europe – objectif : élections européennes 2019 ? : les populistes à la conquête du Parlement européen

¤ 2019 : année charnière pour l’Europe : publication dans 2 jours

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Sylvain dit :

    Le « populisme » et la démagogie sont omniprésents en occident depuis au moins 15 ans. Emmanuel Si par « populisme » on entend à la fois démagogie, manipulation et instrumentalisation, double discours, rhétorique simpliste et binaire, absence de vision républicaine, renoncement à l’intérêt général et clientélisme, Macron est lui-même un expert en la matière. Tout comme ses principaux partenaires européens.
    De Gaulle et Adenauer les jugeraient tous très sévèrement (doux éphémisme).

    J'aime

    1. Nicolas dit :

      Nous n’avons pas visiblement la même vision du mot populisme. Le fait que la politique use de communication, voire d’instrumentalisation, n’est en rien nouveau. Y compris les politiques que vous semblez cités en exemple à la fin ne sont pas exempts de cette instrumentalisation (l’arrivée au pouvoir en 1958 de de Gaulle en est certainement la meilleure illustration).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s