Elections européennes 2019 : l’Europe, combien de divisions ?

P1030153

(Parlement européen – Strasbourg, France)

A quelques mois des élections européennes 2019, les grandes manœuvres politiques ont déjà commencé. Le départ de l’eurodéputé Emmanuel Maurel du Parti socialiste a suivi la présentation d’une liste autonome de Nicolas Dupont-Aignan, allié éphémère de Marine Le Pen.

Force est de constater que l’arrivée au pouvoir d’un nouveau parti, La République En Marche, en 2017 a accéléré l’évolution de la vie politique française, et plus particulièrement la redéfinition des lignes de fracture et de rapprochement entre les forces politiques présentes. Le deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017 n’opposa pas un représentant de la gauche à un représentant de la droite, mais vit plutôt l’affrontement entre « progressistes » et « nationalistes ».

En parallèle, le scrutin à venir porte sur un thème – l’Europe – qui a lui-même contribué à rebattre les cartes de la vie politique française. Le Parti socialiste comme les Républicains (ex-UMP) ont ainsi dû faire face à des contestations internes (voir La droite et l’Europe : une question de souveraineté ? et La gauche française et l’Europe : une histoire de plan B). Difficile d’oublier Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve s’engager, au mépris du vote interne de leur parti, pour la campagne du « non » en 2005. Il y a parfois plus de proximité entre Michel Barnier et Manuel Valls qu’entre ce dernier et Benoît Hamon. Loin d’une alternative droite/gauche traditionnelle, la question européenne redéfinit les divergences et les alliances. Il faut rappeler qu’au niveau européen, le Parti populaire européen (droite) et le Parti socialiste européen (gauche) ont longtemps travaillé ensemble au Parlement européen dans le cadre d’une « grande coalition ». Rien de plus logique après tout puisque la couleur politique des gouvernements nationaux qui siègent au Conseil n’a jamais été uniforme,  et nécessite de tenir compte de ses différentes sensibilités.

A droite, c’est pour l’instant au moins 3 forces politiques qui proposeront des listes : le Rassemblement national, Debout la République et les Républicains. Si le positionnement eurosceptique des deux premiers ne fait guère de doute, reste à savoir comment se présenteront les Républicains, écartelés entre un Laurent Wauquiez flirtant avec l’eurosceptiscisme et Valérie Pécresse résolument européenne.

Il n’est pas exclu encore que la droite modérée (AGIR) ou le centre-droit (UDI) mettent en place des listes autonomes.  De telles listes affaibliraient probablement la base électorale de La République En Marche/Modem. En effet, si la place sur l’échiquier politique reste floue, les études montrent une certaine proximité et porosité entre l’électorat de ces partis. Néanmoins, le scénario d’une liste autonome d’AGIR a pris du plomb dans l’aile avec la nomination du député Frank Riester au ministère de la culture.

A gauche, à l’heure actuelle, on peut compter 6 forces qui proposeront des listes : la France insoumise, le Parti communiste et le Parti socialiste. A cet égard, la France insoumise a fait de ce scrutin un élément clé de sa stratégie politique, comme le montre la volonté de nationaliser la consultation. Surtout, la France insoumise a d’ores et déjà investi de nombreux candidats et occupe déjà l’espace médiatique. Si le Parti communiste a déjà désigné sa tête de liste, il reste complétement inaudible. Quant au Parti socialiste, si le départ d’Emmanuel Maurel contribue à une certaine clarification idéologique quant à la question européenne, il ne s’est toujours pas remis de sa défaite à l’élection présidentielle.

Il est probable que Europe Ecologie les Verts, le Nouveau Parti Anticapitaliste et Lutte ouvrière mettent eux aussi en place des listes indépendantes.

Dans ce paysage politique éclaté, une chose est sûre : le séisme des campagnes électorales de 2017 connaîtra d’ultimes secousses en 2019.


Voir aussi Elections européennes : ne pas rejouer l’élection présidentielle

Pour suivre les élections européennes 2019, vous pouvez retrouver ce blog sur Twitter (@Regards_Europe) et sur Facebook (Regards d’un Européen).
Possibilité de s’abonner via WordPress pour ne pas manquer les prochains billets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s