Blog : an II

P1030268

(Chemin des lanternes – Metz, France)

Quel bilan tirer après deux ans de plein exercice ?

Il y a les chiffres, plutôt positifs. Le cap des 40000 visiteurs a été dépassé.
Surtout, le nombre de personnes suivants l’activité de ce blog a considérablement augmenté : + 38 sur WordPress, + 210 sur Twitter, + 110 sur Facebook.

Hausse certainement favorisée par l’année électorale passée. Il sera intéressant un jour de tirer le bilan de cette élection présidentielle. Mais, il est encore trop tôt pour en faire un examen détaillé, faute de recul suffisant – à moins évidemment de devenir éditorialiste dans un hebdomadaire. Je m’y suis seulement risqué sur un point précis : le devenir des primaires dites ouvertes, qui avaient vu les victoires de François Fillon et de Benoît Hamon, avec le succès que l’on connaît (voir Primaires ouvertes : rétrospective sur les victoires d’Hamon et de Fillon).

Par ailleurs, le départ programmé du Royaume-Uni de l’Union européenne aura mis en lumière les difficultés pour un pays aussi puissant soit-il d’abandonner 60 ans de construction européenne. Pour le coup, entre avril 2017 et avril 2018, la balle a clairement changé de camp. Ce fut, à cet égard, particulièrement intéressant de suivre l’évolution des négociations (voir Theresa May : 50 nuances de Brexit). Compte tenu de son importance, une catégorie a été créé spécialement pour l’occasion (voir Phase 2 : En attendant le Brexit).

Pour autant, et c’est ce qu’auront révélé les élections dans divers Etats européens qui suivirent la séquence électorale française : les mouvements populistes grignotent du terrain partout. Plutôt que de s’opposer à l’Union européenne, ils contournent la question, se contentant de prospérer sur l’immigration, les attaques terroristes et les faibles gains économiques de la croissance.

Pourtant, à chacune de ces problématiques, il ne peut y avoir qu’une réponse : et elle est européenne. En effet, ces défis ne sont pas propres à un Etat, mais à tous les Etats. Affrontons les unis, réglons les ensemble.

Or, force est de constater que les institutions européennes restent inaudibles pour porter le projet européen (voir L’effacement de la Commission européenne : « et pourtant, elle tourne » !). A un an des élections européennes, il serait temps que l’Europe soit au coeur des débats. Pour cela, les institutions européennes doivent être au rendez-vous, pour faire de 2019 un moment historique.

PS: En parallèle, ma situation professionnelle a considérablement évolué au cours de cette année. En juillet 2017, j’ai rejoint l’Assemblée nationale comme collaborateur parlementaire…pour la quitter six mois plus tard et intégrer la fonction publique hospitalière.


Pour voir le 1er bilan, Un an de blog : ça se fête ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s