L’Organisation des Nations Unies, symbole de l’échec des Etats

chsxxnywmaa0ri6

(Dessin @annegaellon sur Twitter – 2016)

Au moment où l’Organisation des Nations Unies a désigné pour les cinq prochaines années son futur secrétaire général, le Portugais Antonio Guterres, la question de son utilité revient avec insistance. Après tout, l’ONU a dépassé le cap des soixante-dix ans d’exercice, presque une vie d’homme.

Quel bilan peut-on tirer du fonctionnement de l’Organisation ?

Le bilan est, selon l’optimisme qu’on y met, au mieux décevant, au pire désastreux. Seulement décevant si on s’attache à l’enceinte exceptionnelle que représentent les Nations Unies, capable de faire discuter en leur sein des puissances différentes, voire frontalement opposées sur le terrain. Seulement décevant aussi si on apprécie les nombreuses résolutions votées par l’Assemblée générale, dont certains font preuve d’une audace remarquable. A cet égard, mention honorable à celle sur la situation de la Palestine, qui pourrait toutefois rejoindre les limbes du droit international avec la désignation du prochain ambassadeur américain.

Bilan désastreux néanmoins si plutôt que les déclarations, on s’intéresse aux actions.

L’ONU a souvent peu agi, et parfois mal agi.

Tout d’abord, et comment ne pas le mentionner, l’ONU s’avère incapable de trouver une situation au conflit syrien. Pire, en raison des différents vétos de la Chine et de la Russie, l’organisation assiste impuissante au massacre de populations civiles et à la destruction de villes entières. Heureusement, merveille de l’influence de l’Organisation, des observateurs vont être envoyés sur place.

Pour autant, dans cet échec de solution, le trio Etats-Unis, Royaume-Uni et France a une lourde part de responsabilité. Déjà, les menaces formulées à l’égard de Bachar Al-Assad quant au recours d’armes chimiques n’ont pas été suivies de mesures concrètes lorsque la presse a révélé leur utilisation, favorisant un sentiment de totale impunité pour le régime. Pire, le précédent libyen a convaincu Russes et Chinois que les Occidentaux étaient incapables de mener à bien ce type d’opération. Dans une situation similaire avec la Syrie d’aujourd’hui, Khadafi voulait lancer une opération  vengeresse sur Bengazi. Pour éviter ce massacre, les Européens étaient intervenus, soutenus par les Américains, interprétant extensivement le mandat accordé par l’ONU, ce qui a aggravé la paranoïa de la Russie.

Evidemment, le cas syrien n’est que l’un des nombreux échecs de l’organisation : génocides au Sud-Soudan, au Rwanda et en Serbie, massacres dans de nombreux pays africains, conflit israélo-palestinien.

A côté de ces échecs faute d’intervention efficace, l’ONU s’est parfois caractérisée par de mauvais agissements. Outre les accusations répétées de viols contre ses soldats, l’ONU fut quand même responsable d’une épidémie de choléra à Haïti.

Evidemment, tout n’est pas de la faute de l’organisation.

Déjà, force est de constater que le maintien des membres permanents qui disposent toujours d’un droit de véto continue de paralyser le fonctionnement optimal de l’institution. Ainsi, aux vétos américains pour Israël répondent les vétos russes et chinois pour la Syrie et le Soudan. Seuls la France et le Royaume-Uni font aujourd’hui preuve d’une plus grande retenue dans l’utilisation de cette arme exceptionnelle. La dernière menace française remonte ainsi lors des discussions pour attaquer l’Irak en 2003.

A côté des membres permanents, il faut bien sûr ajouter le peu de bonne volonté de la plupart des autres Etats. La plupart rechignent à participer activement aux projets des Nations Unies, de peur d’être un jour concernés par ceux-ci, et notamment aux opérations de maintien de la paix. Les plus importants participants sont les pays africains, ce qui leur permet de faire financer à moindre coût une partie de l’armée et certains de leurs équipements.

En l’état actuel, l’ONU souffre de son incomplétude.

A l’inverse de l’Union européenne, où les Etats ont partiellement consenti à des partages de souveraineté dans certains domaines, l’ONU se retrouve être le forum du pouvoir étatique. Chaque Etat défend son pré-carré, réduisant bien souvent l’Organisation à des séries de monologues (cf. le fameux discours de Dominique de Villepin en 2003 contre le lancement d’une guerre en Irak).

Les rares organes supranationaux n’ont pas de réels pouvoirs. Le secrétaire général des Nations Unies, contrairement à la Commission européenne, est totalement dépendant du bon vouloir du Conseil de sécurité, lui-même paralysé par les positions des uns et des autres. Au moins, dispose-t-il d’une certaine liberté pour discourir sur les drames de notre monde. Quant à la Cour internationale de justice, derrière ses oripeaux de juridiction, elle est soumise à l’acceptation par les Etats de sa compétence. Bilan : seul le Royaume-Uni parmi les membres permanents a accepté de lui reconnaître ce droit.

Il est à craindre que le soufflé qui est présidé à son instauration soit depuis longtemps retombé. Certes, l’ONU constituait une réelle avancée par rapport à la Société des Nations. Mais, l’ONU est encore trop imparfaite pour représenter une construction durable et un forum adéquat aux nombreuses nations de notre monde. Elle offre toutefois un avertissement : le « tout Etat » conduit rapidement à des impasses. Aux défis globaux, il ne peut y avoir que des réponses communes.


Sur ce thème, voir Pourquoi des institutions supranationales dans l’Union Européenne ?

Intéressé(e) par les enjeux internationaux ? Vous trouverez une sélection de billets sur ce thème ici.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s